Vault of Metal 2019 : notre live-report

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
VAULT of METAL / Festival Métal, quand l’enfer débarque à Salem ! Part I.

 

Le Vendredi 26 Avril 2019, un nouveau-né satanique est arrivé à Salem, répandant la bonne nouvelle, lourde, et haineuse, et bien énervée. Et oui, le Vault Of Metal apporta du Metal à Le Haillan, petit village tout banal qui n’a toujours pas été englouti par Bordeaux.

Et c’est en retard que votre humble serviteur, W.L.J, est arrivé sur les lieux ratant de peu le premier groupe, que je vais omettre intentionnellement par ce que de mon point de vue, tout a commencé avec des frites, de la bière, l’organisateur qui m’a dessiné un smiley trop kawai sur la main, et les génies de Templa Mentis, un groupe totalement dément que ce soit au niveau rythmique, riffique, et technique.

 

En les écoutant j’ai ouï des gens les comparer à halloween, et observé d’autres renverser de la bière sur leur t shirt avant l’heure. Mais je veux certifier que ça avait le goût de Saxon vacciné à coup de King Diamond, et ce dans le sens instrumental et Vocal, tout est restant plus hard-rock, aussi loin que le Scorpions Metter le permet de juger. Juste l’idéal pour « bouhatz » comme le dirait notre camarade Poutine.

Mais l’élément le plus remarquable était l’ingé-son qui savait ce qu’il faisait, le Roi des Bâtons. L’élément clef qui fait que ça rate à coup sûr ou que ça éclate en pogo. Quelque chose qui, malheureusement se fait de plus en plus rare dans les petits festivals.

Après les Templa Mentis, c’est les Soundroots, qui ont des racines bien grasses, comme du Motörhead coupé avec du Kiss, saupoudré de Andrew W.K, avec une bonne dose d’Eric Addams. Ces vétérans en plus du son qui déboîtait, ont offert un spectacle visuel digne de louanges, et ce malgré une scène trop basse, car avouons-le, une scène haute donne un éclat épique, et sublime les artistes. La victime principale de leurs méfaits fut la bière, qui a été saignée de partout à cause de la brutalité sonore, et du public surexcité qui avait repli la salle, laissant le barman seul, dans l’oubli, jusqu’au break final.

Pour achever la soirée, les Berserkers de Bordeaux ont balancé leur rage groovy/funk complétement métal. Des vrais as du niveau technique, des Alduins dopés à coup de Morderkaisers qui feraient hurler « METAL ! » à n’importe quel joueur de Fortnite, au point que Bernie, le guitariste de  Lecks Inc. , qui sauvait les âmes pieuses à coup de frites cuites dans les flammes des enfers de satan, ainsi que les fumeurs se sont rameutés vite fait pour écouter des titres prenants et marquants, qui nous font même réfléchir si il faut être un zombie, ou pas, lorsqu’on en est un bien sûr. En vérité ce groupe fut une vraie découverte, surprenant le public par la virtuosité et la rage berserker bien différente de ce que l’on s’imagine à cause des séries à l’eau de rose qui passent sur History Channel.

Même en allant dans un endroit assez isolé pour commettre un meurtre en plein jour, cette première journée de festival signifiait bien une chose : il n’y a pas que des warm ups du Hellfest en France, et d’autant plus vers bordeaux. Car ce vendredi du 26 avril, les bordelais ont prouvé que leur son est d’enfer !

 

W.L.J

 

Facebooktwittergoogle_plusyoutubeflickr

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

MusiqueAlliance.fr