New volume + Blessthefall + our last night au Ferrailleur à Nantes : notre live-report

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
New volume

Le mardi 24 octobre 2017 avait lieu le concert tant attendu par les fans de « our last night » au célèbre Ferrailleur (bar réputé des nuits musicales nantaises avec pratiquement des artistes en concert chaque soir).La première partie était assurée dans un premier temps par New volume puis par Blessthefall .

 

Je pénètre pour la première fois dans cette salle composée d’un grand bar avec devant le bar une partie réservée aux ingénieurs-sons de la soirée, j’accroche de suite à ce côté intimiste de la salle car dès notre entrée on sent que l’on va pouvoir être proche des groupes et profiter au maximum des concerts.

La dure tâche de chauffer le public est attribuée au groupe de rock alternatif New Volume.

Ce trio, basé à Londres mais crée en Afrique du Sud, transcende dès la première écoute avec des paysages sonores variés à forte tendances électroniques.
Dès les premières notes la voix de Tyron Layley (chanteur et guitariste) résonne de manière envoutante accompagné par Ryan Morris (guitariste, clavier et voix) ainsi que Adam Jenkins (batteur).

La foule déjà présente pour être bien placé pour Our last night est réceptive à ce que propose le groupe et quelques slam et pogo participent à l’échauffement timide du public pour la suite de la soirée.

Néanmoins le public joue le jeu et les membres du groupe interagissent pas mal avec le public et ce dernier le lui rendra bien avec ses applaudissements à la fin de leurs prestations.

Durant la pause avant l’arrivée sur scène de Blessthefall, en interrogeant quelques personnes sur la prestation de New volume les mots « Découverte, enivrant, génial, amazing… » font partie des superlatifs utilisés pour définir le groupe.

Blessthefall

Il est alors le temps pour moi d’attendre avec impatience l’arrivée de Blessthefall que je voulais voir sur scène depuis un certain temps car on m’avait prévenue du côté showman de Beau Bokan.

Pour ceux qui ne connaissent pas Blessthefall est un groupe de metalcore originaire de Phoenix, le groupe est influencé musicalement par des groupes tels Aerosmith, Linkin park (dont le bassiste Jared Warth arbore le tee-shirt durant le concert.

C’est d’ailleurs Jared Warth qui ouvre les hostilités au chant, sa voix rocailleuse et puissante résonne dans le ferrailleur et met le public en ébullition.

C’est le moment choisi par Beau Bokan de commencer son show en demandant au public de se lancer dans des pogos effrénés et des circle pits endiablés, le tout arrosé par des bouteilles d’eau dont Bokan asperge abondamment le public et lui-même.

Musicalement, le groupe sait y faire, des riffs puissants se mélangent harmonieusement à une combinaison de chant claire et de scream.

Contrairement au premier groupe Blessthefall a déjà des fans et pas mal de tee-shirts à l’image du groupe se trouve dans la salle et le public reprend les chansons du groupe telles que Against The Waves, Oathbreaker, Up In Flames notamment.

 

Our Last Night

 

Le public charmé ovationne le groupe mais il est déjà temps de se préparer pour ceux dont la foule s’est déplacé en nombre à savoir Our last night.

Le public se masse au-devant de la scène pour être au plus près de Trevor Wenworth (chant) et de son groupe composé de son frère Matt Wenworth (guitare et chant), Tim Molloy (batterie) et Alex Woodrow (basse).

Dès son entrée sur scène le groupe est fortement acclamé par ce public jeune et enthousiaste.

Pour ma part je connaissais surtout ce groupe pour les covers dont ils nous ont gratifiés (skyfall d’Adele, hotel california the eagles…) et ma crainte était de devoir endurer que des covers toute la soirée.

Fort heureusement pour moi de cover il n’y en a qu’un seul et la reprise du tube de Ed sheeran « shape of you » fût un succès repris à l’unisson par le public conquis.

Trevor chauffe le public par des jeux de mots, des déclarations d’amour pour le public nantais le tout ponctué comme il se doit de divers « Fucking, amazing » et autres adjectifs.

Les nouvelles chansons du groupe Brocken lives, Ivory Tower, Common ground sont bien accueillis par le public qui ne se prive pas d’accompagner le groupe.

      Voyant quelque slam se former, Trevor à l’idée un peu folle de faire réaliser un slam à Alex Woodrow avec sa basse dans le but de rejoindre le bar et de boire trois shots d’une fameuse liqueur allemande aromatisée aux herbes sans que celui-ci ne touche le sol et qu’il rejoigne la scène en slam.

Le public n’en demandait pas temps, surtout au niveau de la gente féminine qui se déplace en masse alors que les précédents slams ne les préoccupaient pas forcément.

Les titres s’enchaînent et il est temps de conclure la soirée pour Our last night non sans avoir répondu favorablement à la demande de rappel du public.

A noter, à la fin de leur prestation la présence de Matt et d’Alex pour saluer longuement le public en touchant des mains, cheks et diverses marques d’intérêts pour tous ceux qui s’étaient déplacer en masse pour les voir.

Les fans repartent ravis de leur soirée et de la prestation du groupe dans l’attente de la prochaine venue du groupe en France.

Live-report signé The Punisher

 

Facebooktwittergoogle_plusyoutubeflickr

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

MusiqueAlliance.fr